Les fibres plastiques

Bien que nous ne lavons pas ensemble notre linge sale,
nous salissons ensemble les océans et les mers du monde !

Expédition MED machine-a-laverDes études récentes ont identifié une nouvelle source de pollution  en mer par les fibres plastiques entrant dans la composition des tissus et qui sont relâchées dans les eaux usées lors des lavages en machine.

Degrémont Services a initié en 2014 le programme Ecoseastem, en partenariat avec la Métropole Nice Côte d’Azur, le laboratoire Océanographique de Villefranche sur Mer  et Expédition MED,  afin de mieux cerner les risques de cette pollution, son impact sur les milieux marins, la faune et la flore, et aussi de tester les technologies les mieux adaptées pour retenir ces déchets au niveau de la station d’épuration.

 

Les objectifs du programme « ECOSEASTEM » sont d’explorer, les impacts sur les milieux marins, la faune et la flore, et aussi de tester les technologies les mieux adaptées pour retenir ces déchets au niveau des stations d’épuration.

Programme « ECOSEASTEM »:

Suite aux premiers tests de prélèvements réalisés par Expédition MED en 2013.

  • Étude préliminaire sur la présence et la dispersion des microplastiques  dans l’environnement marin par les eaux usées  en provenance des stations d’épuration.
  • Cartographie de la dispersion des microplastiques à proximité des sorties émissaires et au large en pleine mer.
  • Mis au point du protocole d’échantillonnage et de traitement des échantillons afin d’en permettre le dénombrement, la mesure, le tri des fibres et leur caractérisation.
  • Les techniques de « grandes volumes » du système ZooScan et la microscopie inversée serons utilisées pour le suivi saisonnier d’occurrence des fibres dans les échantillons. En corolaire sera examiné la capacité des fibres à former des matrices et retenir la matière organique ainsi que les populations microbiennes attachées.

Les fibres plastiques colonisées par la vie microbienne

Le programme Ecoseastem  a permis de mettre en évidence dans l’environnement marin la présence dans cette « Plastisphère » de bactéries opportunistes sur ces nouveaux supports en fibres plastique provenant des rejets des stations d’épuration. Les premières observations témoignent de la formation de biofilms bactérien sur les fibres plastiques collectées dans les eaux de surface Méditerranéenne.
Selon l’étude (Zettler et al, 2013),  Il apparait que les microparticules plastiques peuvent être vecteur de différents organismes bactériens comme des bactéries capable de digérer certains polymères plastique ou des bactéries pathogènes pour l’homme tels que le Vibrio cholerae.

Les premiers résultats révèlent  que chaque jour, ce sont des milliards de fibres plastiques qui passent à travers le système de traitement des eaux usées et sont relarguées en mer.