France

Observatoire Océanologique de Villefranche-sur-Mer

 Maria Louiza Pedrotti et Gabriel Gorsky – (OOV – Villefranche-sur-Mer, CNRS) : www.obs-vlfr.fr

L’Observatoire de Villefranche-sur-Mer représente un lien unique de pluridisciplinarité avec 2 laboratoires reconnus par le CNRS dédié à la biologie cellulaire, à l’océanologie pélagique, biologique, biochimique, physique et chimique. Un doublage de certains points s’avère nécessaire pour surveiller l’évolution des quantités de plastique à la surface, tout spécialement dans le courant liguro-provençal. Une prise de mesure plus détaillée de la côte sud-ouest italienne, notamment de la région de Calabre sera effectuée. Des mesures en pleine mer seront portées au centre de la mer Tyrrhénienne, et au centre de son gyre permanent. Il s’agira de vérifier si ces zones de haute mer sont également des zones d’accumulation des microplastiques.
Plus d’infos

Laboratoire d’Ingénierie des MATériaux de Bretagne (LIMAT B)

Le LIMATB est actuellement la plus grosse structure d’ingénierie des matériaux en Bretagne. Fort de ses 150 personnes (enseignants-chercheurs, ingénieurs, doctorants, personnels techniques et administratifs), les activités du LIMATB s’organisent autour de 2 axes de recherches transversaux :
•    Approches multi-échelles du comportement des matériaux hétérogènes,
•    Matériaux, procédés et développement durable.
Le projet du LIMATB est de concilier le développement industriel et technologique avec le développement durable. L’éco-conception des matériaux, les économies d’énergie dans les procédés de fabrication et dans les phases d’usage ainsi que l’amélioration des méthodes de simulation numérique (procédés de mise en forme, comportement sous sollicitations sévères, procédés énergétiques) sont au cœur de ce projet. Il s’agit de développer plus particulièrement les axes comme la recyclabilité des matériaux employés, les matériaux biosourcés et biodégradables ou bien les nouveaux matériaux (métalliques, polymères, composites, bétons, etc.). Plus d’infos

Université Aix Marseille

Université Aix Marseille  Logo Labo P Wong

 

Le Laboratoire de Chimie de l’Environnement (LCE) est une unité de recherche qui dépend de l’Université Aix-Marseille et du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS).

Les activités scientifiques menées au LCE couvrent des thèmes de recherche à caractère fondamental et appliqué dans les trois compartiments de l’environnement, atmosphère, eau et sol, et répondent à des attentes sociétales comme les problèmes de la qualité chimique de l’environnement et de gestion des écosystèmes naturels et anthropisés. Le LCE, composé de 55 scientifiques dont 33 membres permanents, se découpe suivant trois équipes dont l’équipe MicroPolluants Organiques (MPO) impliquée dans ce projet.

Laboratoire Chimie de l’Environnement

Plus d’infos

Collectif d’étude sur les insectes et la pollution plastique

Inventaire des insectes du milieu marin et impact de la pollution plastique sur leur évolution et leur dispersion

logo Jean Louis Brunet  jlbam logo_ciradlogo-ird

 

 

 

Comparativement à leur nombre sur terre (1 million) très peu d’espèces d’insectes (elles appartiennent essentiellement aux ordres des Coléoptères, Diptères et Hémiptères) vivent  (effectuent un développement complet) à la surface de l’eau de mer ou dans l’eau immédiatement sous la surface. Les causes en sont complexes et liées à des facteurs biologiques, physiques et chimiques.

Plus d’infos

Le Cnam Intechmer

Logo Cnam Intechmer

 

 

Institut de formation et de recherche en sciences et techniques de la mer.

Déchets plastique dans les sédiments : circulation de fond

Anne  Murat et Yan Mear : (Cnam INTECHMER – Cherbourg)
Les fleuves transportent probablement une grande quantité de déchets plastiques provenant de tout le bassin versant. Certains flottent à la surface et d’autres voyagent sur le fond, avec les sédiments. Des premiers prélèvements dans le prodelta du Rhône seront effectués afin de déterminer les facteurs prépondérants de la circulation des microplastiques de fond. Ces prélèvements nous informeront de leur éventuelle présence et par la même de leur origine fluviale.

Biofilm sur les déchets plastiques flottants :
Une bonne chose ou pas ?

Martine Bertrand : (Cnam INTECHMER – Cherbourg)

Du plastique immergé dans l’eau de mer est systématiquement colonisé par des organismes. Les bactéries sont les premières à se « coller », puis viennent les algues, puis les animaux. Plus la durée d’immersion est longue, et plus le biofilm vivant est épais. Les plastiques flottants hébergent des espèces dérivant à leur contact. Les plastiques flottants récoltés en Méditerranée par Expéditions MED 2015 seront caractérisés quant à leur biodiversité par le Cnam-Intechmer. Une étude préliminaire sur des échantillons récoltés en 2014 a révélé la présence d’espèces capables de s’adapter en milieu extrême, comme des bactéries typiques d’un milieu pollué en soufre ou des microalgues capables de se développer sous intensités lumineuses fortes. Les mini-radeaux que constituent les plastiques colonisés par le vivant pourraient disséminer les espèces transportées.
Une bonne chose ou pas ?
Attention aux espèces invasives ou pathogènes !
Du côté des espoirs, nous avons celui de trouver une ou plusieurs espèces capable(s) de dégrader le plastique.

Belgique

Université de Liège / Stareso

Université de Liège / Stareso
Jean Henri HECQ
http://www.ulg.ac.be/cms/c_5000/accueil
http://www.stareso.com

Les Sciences Marines ont toujours été un domaine de recherches privilégié à l’Université de Liège. Rattaché au Département des Sciences et Gestion de l’Environnement, le Laboratoire d’Océanologie a participé depuis 30 ans à de nombreux programmes de recherche tant nationaux qu’internationaux dans les divers océans du globe, de la Mer de Norvège à l’Antarctique, du Golfe de Gascogne aux atolls du Pacifique. Il a acquis un savoir-faire reconnu dans différents domaines comme la dynamique des populations planctoniques, la reconstruction des chaînes alimentaires, l’étude des herbiers sous-marins de phanérogames, et l’écotoxicologie des métaux sur les oiseaux et mammifères marins. Le laboratoire intervient également dans les programmes développés par la Station de Recherches Sous-Marines et Océanographiques (STARESO) de Calvi en Corse.

Allemagne

Université Publique de Berlin – Laboratoire de Géochimie organique

Dr Mathias Ricking
http://www.fu-berlin.de/

La collaboration entre l’Université Publique de Berlin et l’Expédition MED porte sur la mesure des polluants organiques persistants (POPs) fixes aux microfragments de plastique. Ces polluants posent de nombreux problèmes sanitaires et écologiques car ils ont la propriété d’être des perturbateurs des systèmes hormonaux des animaux (y compris l’Homme), avec comme consequences la baisse des capacités de reproduction et des facultés immunitaires. Les POPs cmprennent des pesticides (DDT, Lindane…) et des PCB entre autres. L’analyse portera également sur les éventuels traceurs moléculaires presents à la surface des plastiques qui pourraient permettre de determiner l’origine géographique des plastiques.

L’équipe du laboratoire de Géochimie organique est impliquée depuis plus de 10 ans dans des programmes de suivis environnementaux (ESB et BFR / REACh).

Etats-Unis

Algalita / 5 GYRES

www.algalita.org

http://www.5gyres.org/

L’AMRF a été créée par Charles Moore, le navigateur qui a permis la médiatisation du « Great Pacific Garbage Patch », l’accumulation des déchets dans le grand gyre du Pacifique Nord. Depuis plus de dix ans, cette fondation scientifique travaille sur la question des déchets en mer et plus particulièrement autour de l’émergence de “ soupes détritiques ” dans les océans. L’AMRF, à travers le soutien du Dr. Markus Eriksen, soutient l’Expédition M.E.D, en fournissant le matériel d’échantillonnage du plancton (le « manta trawl ») et certains protocoles utilisés par la fondation. Cette coopération s’inscrit dans les objectifs principaux de l’expédition: il s’agit de pouvoir partager avec l’ensemble de la communauté scientifique des données concernant l’apparition de ces zones d’agglomération détritique en pleine mer.