Programme macrodéchets

Un sac plastique vient de s’envoler d’une décharge à ciel ouvert. Tombant dans la mer il devient un macrodéchet. Pendant de nombreux mois, il va circuler en surface, offrant un support à la vie marine, avant de se fragmenter en microplastiques, ou de disparaître dans les profondeurs.

Expédition MED bateau et chalut

Les observer, les géolocaliser, les compter, les photographier, identifier les objets usuels desquels ils proviennent, les suivre et en définir la courantologie. Ce phénomène est très important,  nous avons à faire à une pollution itinérante. Lorsqu’un fragment de plastique est récolté en mer, nul ne peut dire aujourd’hui, d’où il vient et depuis combien de temps il séjourne dans le milieu marin.

C’est pour cela qu’un des axes de recherche consiste à définir la courantologie advective des plastiques. Modèles et puissance informatique de calcul sont nécessaires à une représentation théorique des zones marines dites «  d’accumulation », c’est-à-dire des zones représentant des terminaisons advectives, parfois giratoires, dans lesquelles les fragments de plastique viendraient s’accumuler. D’autres zones à contrario, apparaîtront comme dépressionnaires et en terme de pollution, comme des zones ayant tendance à se vider des déchets.

Les travaux du M.I.O nous fournissent les cartes issues des modèles mathématiques. Expédition MED s’engage alors sur la Méditerranée pour tenter de corroborer la théorie.

Plus d’infos