Des particules de plastiques qui donnent la chair de moule… (10mn)

Une nouvelle qui a de quoi couper l’appétit !

Les moules  ingèrent les particules de plastique qui polluent la mer du Nord.

Les moules servies dans nos assiettes seraient touchées par la pollution des microplastiques. C’est ce que vient de démontrer une étude de l’université de Gand. Les chairs des mytiloïdes contiendraient, en effet, de nombreuses microparticules de plastique.

Les moules, à l’instar d’autres organismes marins, absorbent les polluants contenus dans leur environnement. Les chercheurs de l’université de Gand ont retrouvé, des microparticules de plastique, en moyenne 300 particules par portion de 300 grammes de chair de moules.

 « Les moules sont des organismes filtrant l’eau de mer, de 20 à 25 litre d’eau de mer par jour précise Colin Janssen, toxicologue à l’université de Gand à Bruno Dumontet. Dans l’eau se trouvent de très petites particules de plastique de moins d’un millimètre de long. Ces microparticules sont filtrées et ingérées par les moules. Ce qu’on à découvert, c’est qu’elles se retrouvent à l’intérieur des coquilles, mais aussi dans  la chair même des moules. »

Ces microparticules proviennent des déchets en plastique tels que les sacs et emballages  plastiques, qui sont jetés et finissent leur course dans les mers et océans. Elles proviennent également des fibres synthétiques de textiles prélevées lors de chaque lavage ou d’autres sources insoupçonnées. « On trouve également des micro-billes de plastique dans les produits cosmétiques d’épilation ou de gommage. Ce sont de très fines billes ou boulettes de plastique qui ne sont pas retenues dans les stations d’épuration et qui en fin de parcours se retrouvent à la mer », ajoute encore Colin Janssen.

Avec quelles conséquences pour le consommateur de mollusques et crustacés ?

Pour l’heure, il est encore impossible de se prononcer !!

Des particules de plastique qui donnent la chair de moule…

Une nouvelle qui a de quoi couper l’appétit !

Les moules  ingèrent les particules de plastique qui polluent la mer du Nord.

Les moules servies dans nos assiettes seraient touchées par la pollution des microplastiques. C’est ce que vient de démontrer une étude de l’université de Gand. Les chairs des mytiloïdes contiendraient, en effet, de nombreuses microparticules de plastique.

Les moules, à l’instar d’autres organismes marins, absorbent les polluants contenus dans leur environnement. Les chercheurs de l’université de Gand ont retrouvé, des microparticules de plastique, en moyenne 300 particules par portion de 300 grammes de chair de moules.

 « Les moules sont des organismes filtrant l’eau de mer, de 20 à 25 litre d’eau de mer par jour précise Colin Janssen, toxicologue à l’université de Gand à Bruno Dumontet. Dans l’eau se trouvent de très petites particules de plastique de moins d’un millimètre de long. Ces microparticules sont filtrées et ingérées par les moules. Ce qu’on à découvert, c’est qu’elles se retrouvent à l’intérieur des coquilles, mais aussi dans  la chair même des moules. »

Ces microparticules proviennent des déchets en plastique tels que les sacs et emballages  plastiques, qui sont jetés et finissent leur course dans les mers et océans. Elles proviennent également des fibres synthétiques de textiles prélevées lors de chaque lavage ou d’autres sources insoupçonnées. « On trouve également des micro-billes de plastique dans les produits cosmétiques d’épilation ou de gommage. Ce sont de très fines billes ou boulettes de plastique qui ne sont pas retenues dans les stations d’épuration et qui en fin de parcours se retrouvent à la mer », ajoute encore Colin Janssen.

Avec quelles conséquences pour le consommateur de mollusques et crustacés ?

Plus d’infos : voir la version longue , (10 mn)

Pour l’heure, il est encore impossible de se prononcer !!

18 kg de plastiques dans l’estomac de ce Cachalot échoué sur les côtes Espagnoles

« Nous nous sommes vite rendus compte qu’il avait une véritable serre dans l’estomac : on ne s’y attendait pas, mais ça ne nous a pas étonné », se souvient Renaud de Stephanis, membre de la station biologique de Doñana, qui dépend du Conseil supérieur d’enquêtes scientifiques (CSIC) espagnol.

Français installé en Espagne depuis des années, il n’a pas eu de mal à reconnaître les bâches qui recouvrent les milliers d’hectares de cultures intensives dans la région d’Almeria.

En tout, près de 18 kilos de déchets provenant principalement de serres, d’après l’enquête menée par son équipe, dont près de 30 mètres carrés de bâche, remplissaient l’estomac du mammifère.

 Tortues, dauphins et autres animaux, « plus de 250 espèces marines ont des problèmes » à cause du plastique, qui risque surtout de les étouffer. Mais très peu de cas de grands mammifères, dont seulement quatre de cachalots, morts parce qu’ils avaient avalé du plastique ont été recensés dans le monde.

La découverte a de quoi inquiéter, selon le scientifique, car elle démontre encore une fois que « la mer est pleine de déchets » et que les « systèmes de gestion des déchets du plastique, pas seulement en Espagne » ne sont pas toujours performants. Enfin, « ces grands plastiques s’émiettent et les petits bouts passent aussi chez les poissons ». « Et c’est nous qui finissons par les manger. »

 

Más vídeos en Antena3

TF1 à bord du bateau de l’Expédition MED

TF1 à bord du bateau de l’Expédition MED : La mer méditerranée serait saturée de micro particules de plastique. Une pollution absorbée par les poissons et qui peut évidemment se retrouver dans nos assiettes.