Le sac plastique n’est plus fantastique et ses heures sont comptées…

     

    Photo : Bruno Dumontet / Expédition MED 2014 / Le port de Marseille

    L’Assemblée nationale a voté ce vendredi 11 octobre l’interdiction des sacs plastique à usage unique à partir de 2016,

    mais également celle de la vaisselle jetable en plastique à partir de 2020, dans le cadre du projet de loi sur la transition énergétique.
    L’examen en commission s’est appuyé  sur le constat que près de 5 milliards de sacs de caisse en matière plastique à usage unique, et plus de 12 milliards de sacs dits «fruits et légumes» sont encore distribués dans les commerces.
    A partir du 1er janvier 2016, il n’y aura donc plus de mise à disposition payante ou gratuite de sacs plastique de caisse à usage unique, sauf pour des sacs répondant à des conditions particulières : les sacs « biosourcés » (issus de sources renouvelables, avec une teneur qui ira en augmentant progressivement dans le temps) et les sacs compostables en compostage domestique.
    Une directive européenne allant dans le même sens est également en projet. Si le texte est définitivement voté, seuls des sacs plastique réutilisables – car plus épais – pourront être distribués ou vendus en caisse.

    Sont également concernés,  les sacs Oxos, dont un projet de loi voté en début d’année, s’appuyait en partie sur des arguments de l’expédition MED  :
    « En se maquillant et se déguisant pour faire croire à leur biodégradabilité, ces sacs “Oxos” fragmentables sont une des sources importantes à l’origine des milliards de particules de plastiques qui polluent l’environnement marin ».

    L’utilisation, la mise en vente et la mise à disposition à titre onéreux ou gracieux de sacs à usage unique destinés au transport de marchandises en plastique oxo-fragmentable dont les caractéristiques sont définies par décret sont interdites à compter de la promulgation de la présente loi. Cette interdiction pourra être levée une fois que la preuve de l’innocuité des plastiques oxo-fragmentables sera démontrée.

    Photo Bruno Dumontet / Expédition MED / Ces sacs oxos qui nous mentent et se fragmentent finissent en micro particules de plastiques dans les mers et les océans.

    Le vote de l’ensemble du texte est prévu ce mardi avant un examen au Sénat pour une adoption définitive prévue au printemps 2015.